DANS LES BOIS ( VI )

Publié le par Vincent Leclair

PaviNcepiX

PaviNcepiX

VI

 

Le lendemain matin, les trappeurs avalèrent quelques galettes de maïs, chargèrent les deux canoës et glissèrent sur l'onde. Jacques monta dans le canoë d'Ernest. Erwin menait l'autre embarcation remplie à ras bords. Au bout d'une heure, Ernest demanda à Jacques de se tenir debout pour mieux repérer un arbre sur la rive. Le trappeur fit tanguer le canoë et le roua de coups de pagaie dans les jambes. Jacques tomba à l'eau. Il ne savait pas nager.

  • Bienvenu chez les Iroquois ! Hurla le chef qui fit éclater de rire son compère indien.

Ernest le laissa paniquer dans l'eau glaciale et finit par lui tendre une pagaie au moment où le jeune homme commençait à se noyer. Jacques termina la journée trempé. Le novice ne savait plus que faire pour éviter ces violences. Ses méninges ne répondaient plus. Toutefois, l'avancée en canoë était moins éreintante qu'avec les mules dans les bois. Cela lui ouvrait des espoirs. Mais comme chaque soir depuis quelques jours, Jacques dressait seul le campement. Les deux compères lui confiaient tout et en profitaient pour se reposer, plus rarement pour pêcher. Un soir, Jacques, dans la nuit noire, complètement harassé, fit choir la petite marmite qui contenait le dîner. Catastrophe ! Ernest entra dans une colère noire.

  • Tu n'as pas le droit de faire cela, petit ! Et le chef de sortir son pistolet de sa gibecière en cuir marron. Tu es allé trop loin, ça ne peut plus durer. Il le braqua en direction de Jacques, sous l'oeil hargneux du troisième larron qui serrait les dents.

  • Essaie toujours, rétorqua Jacques qui tira de son sac son pistolet ainsi que celui d'Erwin. Il les arma.

    Ernest fit feu mais rien ne sortit.

  • Tu cherches sans doute ceci, fit Jacques en jetant une poignée de balles à ses pieds.Ernest se rua sur le novice qui lui tira une balle dans la gorge. 

  • Erwin esquissa un geste, Jacques le troua en plein front. Le jeune homme se signa. Ses mains tremblaient. Il leva le nez vers l'obscurité puis s'agenouilla et se mit à prier pendant de longues heures entouré des deux corps inertes.

 

FIN

---


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article